Dernières nouvelles
La faible demande et la concurrence mettent à mal la filière du melon en Espagne

La faible demande et la concurrence mettent à mal la filière du melon en Espagne

Les producteurs et commerçants espagnols du melon se disent désemparés face à la chute inhabituelle des prix qui ont perdu entre 30 et 40 centimes d’euros par kilo (soit 3 à 4,5 DH) suite à la baisse de la demande sur le marché des légumes et fruits et de la forte concurrence des produits importés.

«Le marché est au ralenti et nous avons encore une grande quantité de melons à vendre» s’est lamentée la commerçante Virginia Domínguez de la Costa, précisant qu’actuellement le melon Galika est vendu au prix de 40 centimes (soit 4,5 DH) le kilo, nettement inférieur aux prix de l’année passée.

Virginia déclare que son entreprise se retrouve aujourd’hui, avec 200.000 kilos de melons dédiés à la vente directe en plus des volumes stockés au frigo.

Ce sont au final, les agriculteurs qui déboursent le manque à gagner alors que la marge de bénéfice des revendeurs s’est nettement réduite en raison de la faible demande.

Selon Virginia, la faible demande de melons a contraint la plupart des cultivateurs d’aller cueillir eux mêmes leurs melons ou de confier la besogne aux acheteurs pour réduire tant soit peu leur coût de production. En plus, ajoute-t-elle, les producteurs souffrent d’un manque de soutien et de protection du gouvernement contre la concurrence des produits importés.

Le marché marocain, où le prix du melon ne dépasse pas les deux dirhams le kilo au marché du gros, est très compétitif pour les melons et pour d’autres produits agricoles comme la fraise ou la tomate produits en Espagne, ce qui se répercute négativement sur la vente des productions espagnoles et leurs marges bénéficiaires.

Au Maroc «la main d’œuvre est peu coûteuse, les agriculteurs espagnols ne peuvent pas rivaliser. En plus, le melon marocain bénéficie de réduction de taxes et de contrôles ce qui facilite son importation», se plaint la commerçante espagnole Virginia Domínguez.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page