Le secteur de la pêche côtière a sa propre Confédération

Un nouveau né dans le secteur de la pêche. Les professionnels, marins pêcheurs et armateurs ont enfin décidé de se regrouper au sein d’une nouvelle structure pour mieux défendre leurs intérêts et leurs droits. Ce mercredi 25 avril, trente associations de pêche côtière exerçant leur activité dans les ports d’attache répartis au long du littoral national, ont tenu à Rabat, l’assemblée constitutive de la Confédération marocaine de la pêche côtière (CMPC).
Les professionnels ayant adhéré à cette nouvelle Confédération ambitionnent également de faire front commun et d’avoir une meilleure représentativité face aux enjeux et défis à relever dans le cadre de la stratégie Halieutis, engagée par le ministère de tutelle depuis 2009, précise-t-on de source proche de la CMPC.
La confédération marocaine de la pêche côtière sera structurée autour de 3 fédérations régionales, à savoir la Fédération du Nord (Saïdia et Kénitra), la Fédération du Centre (Kénitra et Agadir) et la Fédération du Sud (Agadir et Lagouira).
Ce qui a précipité un peu la création de cette nouvelle confédération serait, selon un de ses futurs dirigeants, la récente convention conclue entre le département de la pêche et l’Union Nationale de l’Industrie de la conserve de poisson (Unicop) qui attribue exceptionnellement pour cette année 2012, un quota de 100.000 tonnes de poissons pélagiques en congelé à bord destiné à l’industrie de la conserve.
Cette décision n’a pas été bien accueillie par les professionnels de la pêche côtière regroupés dans les chambres maritimes du Maroc et la Confédération nationale de la pêche côtière et d’autres associations du secteur qui ont émis une série de réserves à ce sujet. Ils réclament notamment  que le tonnage prévu par la convention doit être pêché en exclusivité par les bateaux nationaux et l’Unicop devrait s’engager à acheter en priorité la totalité des prises de la flotte sardinière  nationale.
Même si le président de l’Unicop, Majid Joundy parait rassurant en affirmant  que la priorité sera donnée par les industriels de la conserve, aux bateaux nationaux de la pêche côtière, les professionnels de cette filière demeurent inquiets quand à l’avenir de leur profession. Ces derniers insistent également sur la revalorisation du prix de vente de leur poisson pour couvrir les charges d’exploitations qui ne cessent d’augmenter.
Dans la cadre des nouvelles orientations de la politique agricole et de la pêche maritime illustrées à travers le Plan Maroc Vert et le Plan Halieutis, le ministre de l’agriculture et de la pêche, Ziz Akhannouch encourage les professionnels relevant de son département à mieux s’organiser et se restructurer au sein de groupements d’intérêts. Cette politique commence à donner ses fruits pour peu que tous les professionnels de petite ou de moyenne ou grande taille y mettent la main.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Le Kenya injecte 120 millions de dollars dans des projets d’économie bleue

Le gouvernement kényan a mobilisé une enveloppe de 12 milliards de shillings (environ 120 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *