Une société israélienne tentée par la culture très rentable de l’arganier

L’huile de l’Arganier qui poussait exclusivement sur la cote sud-ouest du Maroc en Essaouira et Agadir, ne sera probablement plus dans quelques années, un produit de terroir purement marocain. Une société israélienne s’est ingéniée à replanter cet arbre aux vertus thérapeutiques et cosmétiques et ses effets sanitaires magiques, dans le désert israélien. Attiré par la grande plus-value que génère l’huile d’Argan en raison de sa rareté, la société SIVAN S.M a mis au point une souche dérivée de l’Arganier marocain, dénommée Argan 100. Cette « super » souche, expliquent les responsables de la société, donne naissance à des arbres capables de s’adapter au climat méditerranéen et de produire des noix (attention !) 10 fois plus grosses que les noix d’Arganier marocain. SIVAN S.M aurait déjà planté 2.500 arganiers dans les régions d’Ashkelon, d’Arava et du Néguev, des zones où poussent également les palmiers dattiers.

Pour le moment SIVAN S.M. continue à commercialiser de l’huile d’Argan provenant du Maroc, mais compte, dès que les premiers fruits pourront être récoltés, vendre l’huile d’Argan israélienne. L’Arganier qui pousse exclusivement dans la côte sud-ouest marocain qui donne sur l’Océan atlantique, met 15 ans avant de produire ses fruits et ne peut donne que 2 à 3 litres d’huile par récolte. C’est pourquoi cette huile est nettement plus chère comme celle des figues de barbarie, en comparaison avec les prix des autres huiles végétales. Elle se trouve en très petite quantité sur les étales des boutique et magasins spécialités. Riche en vitamine E et en acides gras (Omega 3, 6 et 9), l’huile d’argan est devenue un produit fort sollicité sur le marché international alors qu’il était peu connu de par le monde, il y a quelques décennies. Très prisée par les chimistes, les laboratoires pharmaceutiques, les diététiciens, les esthéticiennes et salons de coiffure et les chefs cuisiniers, on dit, qu’elle permet de ralentir le processus de vieillissement de la peau, de prévenir les problèmes de peau (inflammations, acné, brûlures, boutons et varicelle), de lutter contre les cheveux secs et sert à soigner les cicatrices.
La société israélienne affirme qu’elle ne s’intéresse pas uniquement aux importants gains que va lui rapporter la production et la commercialisation de l’huile d’Argan,  mais, elle a monté son projet pour assurer la survie de cet arbre séculaire. L’arganier qui jouit de la protection de l’organisme de conservation naturelle de l’UNESCO, serait selon le directeur de SIVAN S.M, Chaïm Oren, en voie d’extinction. Au Maroc, avance-t-il, l’arganier sert aujourd’hui de bois de chauffage, mais il a omis de dire que le gouvernement marocain a planté ces dernières années, des milliers de jeunes arbustes d’Arganier pour régénérer la forêt sauvage de l’arganier qui a pris de l’âge.

http://www.arganoil.co.il/site/index.asp?depart_id=132921&lat=fr

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO : Le Maroc classé 2ème producteur de figues africain et 3ème mondial

Le Maroc a produit 128.380 tonnes de figues en 2018, occupant ainsi le rang de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *