Les professionnels de la pêche côtière et artisanale font le plein en 2012

L’année 2012 s’est terminée en beauté pour les professionnels de la pêche côtière et artisanale. La production nationale pour ce segment a dépassé 1,116 million tonnes en 2012, en hausse de 22 % par rapport à 2011. La valeur de ces prises s’est établie à 5,119 milliards de dirhams, en légère augmentation de 2 % comparativement avec l’année précédente.
L’amélioration du tonnage, précise l’Office national des pêches (ONP), est due aux apports de la flottille sardinière opérant aux ports de Dakhla, Lâayoune et Tan-Tan.
Les produits de la pêche côtière et artisanale commercialisés au niveau des halles, comptoirs d’agréage de poisson industriel et marchés de gros au poisson, ajoute l’ONP, se sont élevés, durant les douze derniers mois, à 1,190 millions de tonnes pour une valeur de 5.560 MDH. Ces ventes ont enregistré 2011, une hausse de 21 % en termes de volume et de 2 % en valeur par rapport à l’année écoulée.
Les produits de la pêche commercialisés au niveau des halles (première vente) ont représenté 94 % en poids et 92 % en valeur. Ceux commercialisés au niveau des marchés de gros de Casablanca et d’Oujda (deuxième vente) se sont élevés à 73.688 tonnes pour une valeur de 441 MDH.
A fin 2012, les débarquements du segment côtier ont représenté 72 % du volume et 63 % de la valeur de la production nationale, soit une augmentation respective de 25 et 4 % comparativement à l’année 2011.
Cette performance en volume est attribuable à l’apport de la flottille sardinière au niveau des ports de Dakhla, Lâayoune et Tan-Tan. Ce segment affiche une hausse de 29 % en volume et de 55 % en valeur.
Par activité, ajoute la même source, le prix moyen enregistré par les senneurs a été de 2.120 DH/T, contre 12.603 DH/T pour les chalutiers et 16.673 DH/T pour les palangriers.
Durant la même période, les quantités pêchées par les professionnels de la pêche artisanale ont constitué 5 % du tonnage débarqué et 30 % de la valeur globale. Les débarquements de cette flotte, se sont élevés à 52.182 T pour une valeur de 1.530 MDH, soit une amélioration de 16 % en volume et une diminution de 1 pc en valeur due à la baisse des prix moyens du poulpe.
Pour leur part, les bateaux de type RSW (réfrigérés à l’eau de mer) opérant à Dakhla ont représenté 23 % du volume et 7 % de la valeur réalisée au niveau national.
La consommation, la conserve et la congélation, destinations les plus valorisantes, ont constitué les principaux débouchés ayant absorbé, à eux seuls, 80 % de la production totale de cette activité. Avec un volume de 206.572 T, l’industrie de la farine et de l’huile de poisson a absorbé 19 % de l’ensemble des débarquements de la pêche côtière. L’absence de la flotte de pêche étrangère explique en partie la nette amélioration des débarquements, même si la valeur n’a pas emboîté le pas au volume.

[youtube eDdEYUyjEKg]

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Le Kenya injecte 120 millions de dollars dans des projets d’économie bleue

Le gouvernement kényan a mobilisé une enveloppe de 12 milliards de shillings (environ 120 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *