L’élevage d’anguilles, une activité juteuse mais peu pratiquée au Maroc

station-nouemaroc-anguilleLe secteur de l’aquaculture au Maroc est encore à la traîne car, il est en cours de restructuration et ses techniques ne sont pas pour le moment, à la portée de tous les investisseurs. Parmi les activités aquacoles, la filière de l’élevage d’anguilles a fait une percée grâce à l’installation d’une société française dans le bassin du Sebou à Kénitra. C’est un secteur très rentable et fort prometteur compte tenue de l’importante demande formulée par les marchés asiatiques.
Actuellement les stations spécialisées dans cette discipline sont peu nombreuses dans le royaume, mais celles qui existent ne chôment pas. Bien au contraire, leur marge de profit est très confortable. C’est le cas de la société française Nounemaroc, dont la station d’élevage basée à Kénitra, a pu en six ans, quadrupler son chiffre d’affaires qui est passé de 11 millions de DH en 2006, à 50 millions de DH actuellement. Sa production a connu le même rythme de croissance, passant au cours de la même période, de 80 tonnes d’anguilles par an à 320 tonnes actuellement.  Le plus gros de cette production est exporté vers des marchés nippon, chinois et sud-coréen, gros consommateurs des produits de mer, contrairement au marché local, où les anguilles offrant de grandes valeurs nutritionnelles, sont encore peu appréciées par le consommateur marocain.
Le 28 février dernier, la direction de Nounemaroc a organisé une visite guidée à la presse nationale lors de l’inauguration de la nouvelle unité de production de sa station d’élevage qui a démarré ses activités en 2006 aux abords d’Oued Sebou pour un investissement de 13 millions de DH.
La station qui porte la même appellation que la société mère est équipée d’un système informatisé. Elle a pu voir le jour grâce à une joint-venture avec une des plus grandes sociétés européennes d’exploitation de cette espèce de poissons à savoir le groupe Hollandais Nijvis et en partenariat avec le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.
Grâce à ses équipements, la station peut élever jusqu’à 350 kg par m3, et sa capacité de production peut atteindre 250 tonnes d’anguilles par an.
La station fonctionne à circuit fermé, une technologie qui lui permet d’économiser jusqu’à 20% de sa consommation d’énergie et près de 50% des besoins en eau.
Etalée sur une superficie de 3.000m2, cette station est équipée de 80 bassins, d’une salle d’abattage de 5.000 kg/jour, d’un tunnel de congélation et d’un congélateur de stockage.
La société Nounemaroc ambitionne de parvenir à livrer à ses clients un produit fini transformé sur place, grillé ou fumé prêt à la consommation. Après cette 1ère installation, la société mise gros pour l’avenir. «Un second investissement est en projet pour une nouvelle unité comparable à Nounemaroc», comme l’a révélé son directeur général, Jérôme Gurruchaga, lors d’un point de presse tenu à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle unité de production dans la zone industrielle de Kénitra.
Nombreux sont ceux parmi les investisseurs marocains qui ont de l’argent mais qui manquent d’idées et qui seront tentés par cette aventure très rentable mais pleine de risques en l’absence d’une bonne maîtrise des techniques d’élevage en aquaculture.

[youtube GKL4rC7bI2M]

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Le Kenya injecte 120 millions de dollars dans des projets d’économie bleue

Le gouvernement kényan a mobilisé une enveloppe de 12 milliards de shillings (environ 120 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *