Dernières nouvelles
La baie de Dakhla abritera bientôt une unité d’élevage d’ormeaux

La baie de Dakhla abritera bientôt une unité d’élevage d’ormeaux

La baie de Dakhla aura bientôt son unité d’élevage d’ormeaux (truffes de la mer). Derrière cet important projet se trouvent des investisseurs australiens et des marocains qui comptent mettre le paquet pour donner naissance à cette nouvelle unité d’élevage de coquillages. La future unité qui nécessitera un investissement de départ de 30 millions de dollars, devrait générer plus de 400 emplois directs et indirects. Il s’agit de l’un des grands projets dans ce secteur, non seulement au Maroc, mais à l’échelle mondiale, si l’on croit Steven Cooper, directeur manager de la société australienne derrière ce projet, « Kilcunda Abalone Farm ».

Le projet a été présenté le 13 février par le groupe d’investisseurs marocains et australiens, au wali de la région de Oued-Eddahab-Lagouira, Hamid Chabar.
Les hommes d’affaires australiens semblent particulièrement intéressés par le potentiel important du secteur de l’aquaculture dans la baie de Dakhla, qui se caractérise par un écosystème spécifique favorable au développement de l’élevage de toute sorte de coquillages.
Le projet que les investisseurs marocains et australiens s’apprêtent à monter à Dakhla, a déclaré pour sa part, Khalid Ouzine, homme d’affaires marocain établi en Australie, va de paire avec la stratégie nationale de développement du secteur de la pêche. Il traduit aussi la confiance de ce groupe dans l’avenir de la ville de Dakhla et ses grandes potentialités.
Le vaste espace protégé de la baie de Dakhla qui abrite déjà depuis fin 2005, une importante écloserie (maroco-hollandaise) pour l’élevage de coquillages destinés à l’exportation, offre des caractéristiques propices à l’élevage de mollusques. Connue pour sa richesse biologique, la baie de Dakhla est devenue un pôle de développement attractif pour les investissements étrangers en aquaculture marine. L’élevage de coquillages qui est une niche qui peut rapporter gros, même si les coquillages, très riches en protéines, ne font pas partie des traditions culinaires des Marocains.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page