Dernières nouvelles
L’OMS décrète un état d’alerte « élevé » contre la grippe aviaire

L’OMS décrète un état d’alerte « élevé » contre la grippe aviaire

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété ce lundi 23 janvier, «un état d’alerte élevé» pour contenir les risques de propagation de la grippe aviaire, une maladie qui affecte les volatiles domestiques et sauvages dans des dizaines de pays d’Europe et d’Asie.

« La rapide propagation géographique de ces épizooties et le nombre de virus qui circulent actuellement ont mis l’OMS en état d’alerte élevé », a déclaré la directrice générale de l’agence onusienne, Margaret Chan.

Une quarantaine de pays d’Asie et d’Europe ont été touchés depuis novembre dernier, par le virus H5N8 de l’influenza aviaire transmise par les oiseaux migrateurs.

A ce jour, la Chine à elle seule, a enregistré le décès d’au moins 36 personnes atteintes du virus de la grippe aviaire.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de manquer les signes avant-coureurs », a mis en garde Margaret Chan lors de l’ouverture du 140e Conseil exécutif de l’OMS à Genève, en Suisse.

Les Etats membres ont été invités par l’OMS à surveiller l’évolution de la grippe aviaire et à signaler tous les cas d’infection humaine par le virus.

La Chine fait face depuis le mois de décembre à une recrudescence du nombre de cas humains atteints par le virus de la souche H7N9. Le secteur avicole chinois enregistre déjà plus de 5,6 milliards d’euros de pertes consécutives à l’abattage de volailles et autres mesures liées à cette maladie.

La dernière grande épidémie de la grippe aviaire en Chine avait occasionné, fin 2013 et début 2014, plus de trente morts et engendré des pertes estimées à plus de 5,7 milliards d’euros dans le secteur avicole.

En Europe, plus de 1,5 million de volailles ont été abattues à cause la grippe aviaire due au virus H5N8 transmis par des oiseaux migrateurs, avait annoncé le 11 janvier dernier, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Le nombre de canards, poules, dindes, et autres volailles qui pourraient passer sous le couperet pour endiguer l’épidémie en Europe, est estimé à environ 3,72 millions, a précisé au cours d’une conférence de presse à Paris, le docteur Neo Maptise, l’un des responsables de l’organisation intergouvernementale.

Depuis le début de l’épidémie, 761 foyers de virus influenza ont été déclarés à l’OIE dans 18 pays européens. Il s’agit de 51% de volailles et de 49% de volatiles sauvages ou en captivité.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page