Plantes médicinales et aromatiques : Les spécialistes en conclaves à Fès

Le Maroc se positionne dans l’espace euro-méditerranéen en matière de production et d’exploitation des plantes médicinales et aromatiques (PMA). Des experts de plusieurs pays du pourtour de la Méditerranée ont fait le déplacement ces 23 et 24 mais à Fès, pour animer, deux jours durant, les débats autour de cette thématique et échanger les expériences acquises dans le domaine.
Ces assises euro-méditerranéennes sur la valorisation des PMA constituent désormais le cadre idoine pour une coopération ascendante entre les pays des deux rives de la Méditerranée.
Venant de 8 pays, plus de cent experts, universitaires, institutionnels, industriels et associatifs engagés dans la promotion de la petite et moyenne entreprise dédiées à la production et la valorisation des PMA, ont ainsi pu enrichir les débat lors de cette rencontre, la deuxième du genre après celle tenue à Paris en 2011.
Co-organisées par l’Institut national des plantes médicinales et aromatiques de Taounate (Inpma), et l’Institut de chimie des substances naturelles de France, ces assises ont pour objectif de booster la coopération euro-méditerranéenne dans le cadre du projet MAP2ERA (Partenariat Europe/Maroc autour des substances naturelles bioactives), dans les domaines de l’alimentation, la santé, l’agriculture, la biotechnologie et l’environnement. La rencontre ambitionne aussi d’encourager la création de produits innovants et le transfert technologique entre les pays partenaires.
Pour les pays partenaires dans le projet MAP2ERA ; il s’agit de développer les échanges et expériences dans les spécialités de l’herboristerie, l’industrie des épices, la cosmétologie, la parfumerie, les additifs alimentaires, la phytothérapie et aromathérapie et l’industrie pharmaceutique et parapharmaceutique.
Le comité stratégique de MAP2ERA a saisi cette opportunité, pour présenter à l’assistance, sa nouvelle feuille de route et ses recommandations visant à renforcer le rayonnement national et international de l’Inpma. C’est à partir d’un Benchmarking et d’une analyse FFOM (Forces-Faiblesses-Opportunités-Menaces), que le comité stratégique a pu élaborer sa feuille de route et ses recommandations.
Pour Abdessalam El Khanchoufi, directeur de l’INPMA, le projet MAP2ERA a le mérite de permettre la mise en place d’un large réseau de partenaires et l’organisation de formations techniques, scientifiques, administratives et réglementaires du personnel de l’Institut.
De son côté, Jamal Ouazzani, chercheur à l’CSN, Gif-sur-Yvette en France, a souligné la nécessité de lancer de nouveaux projets de coopération internationale, à l’instar de MAP2ERA, pour mettre à profit le fort potentiel de développement qu’offre cette filière à l’international.
L’Inpma œuvre à créer dans le royaume, des zones pilotes de conservation et d’exploitation des PMA sous forme de petites et moyennes entreprises et organise régulièrement, des rencontres scientifiques et des expositions en liaison avec cette discipline. Le personnel de l’Institut dispense en outre, des cours de formation continue et assure des stages d’initiation aux techniques d’extraction des huiles et essences des PMA, tout en contribuant à la création de produits innovants. Au Maroc, c’est une nouvelle discipline qui est encore à un stade embryonnaire, mais c’est un secteur très prometteur et à haute valeur ajoutée.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *