Une sixième année de sécheresse plane sur le Maroc

Le faible taux de pluviométrie enregistré ces trois derniers mois fait planer sur le Maroc une sixième année consécutive de sécheresse pouvant occasionner une crise environnementale sans précédent, a annoncé jeudi lors d’une conférence de presse à Rabat, le ministre marocain de l’équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

«Nous sommes entrés dans une phase critique après cinq années consécutives de sécheresse, que notre pays n’a jamais connue auparavant», a déclaré Nizar Baraka, faisant état de conséquences dévastatrices de la hausse des températures sur les précipitations.

Le secteur agricole, un des piliers de l’économie marocaine, est fortement impacté par cette sécheresse persistante, alors  qu’il emploie environ un tiers de la population active et représente 14% des exportations du Royaume.

Le ministre a qualifié de «dangereuse» la situation hydrique actuelle au Maroc, précisant que les précipitations durant les trois derniers mois, ont enregistré une baisse de 67% par rapport à la moyenne saisonnière habituelle, exacerbant ainsi la pénurie d’eau qui frappe durement le pays dont le niveau de remplissage de la plupart des barrages est estimé à 23,5% de leur capacité contre 31% à la même période de l’année précédente.

Les températures plus chaudes contribuent à augmenter l’évaporation dans les réservoirs, aggravant ainsi la crise, a indiqué le ministre Nizar Baraka qui affiche néanmoins face à cette situation critique, un certain optimisme, assurant que les trois prochains mois sont généralement les plus pluvieux au Maroc.

Il a quand même averti, que des mesures draconiennes pourraient être prises, dont entre autres, des coupures temporaires de l’approvisionnement en eau dans certaines régions.

Face à ce grave déficit hydrique, les autorités marocaines adoptent des solutions alternatives, notamment le dessalement de l’eau de mer et  envisagent de construire sept nouvelles stations de dessalement d’ici la fin de 2027, offrant une capacité totale de 143 millions de mètres cubes par an. Actuellement, le pays compte déjà 12 stations de dessalement d’une capacité de 179,3 millions de mètres cubes par an, selon des données officielles.

La construction d’une station de dessalement à Casablanca, la plus grande ville du pays avec ses six millions d’habitants, devrait être opérationnelle à partir du mois de janvier prochain.

A cause de cette pire et longue sécheresse des 40 dernières années, le Maroc se trouve confronté à une grave pénurie d’eau potable avec seulement 600 mètres cubes d’eau par habitant et par an, une moyenne largement inférieure au seuil de la pénurie hydrique.

About Chakib el habti

Check Also

Le géant américain Driscoll’s construit près de Larache, une nouvelle usine de conditionnement de fruits rouges

Déjà présent dans la région de Moulay Bouselham, le groupe américain «Driscoll’s», leader mondial de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *