L’élevage de chèvres prend un nouvel essor à Essaouira, capitale de l’arganier

L’élevage caprin dans la province d’Essaouira joue un rôle moteur dans le cadre de l’agriculture solidaire, un des fondements du pilier II du Plan Maroc Vert.
La région d’Essaouira très connue pour ses forêts de l’arganier et ses diverses ressources naturelles, fait de l’élevage de chèvres un véritable levier pour le développement durable local et solidaire.
La province compte un cheptel de 300.000 de caprins répartis dans 29 communes rurales parsemées dans le flanc sud de la province qui abrite de grandes forêts d’arganiers. Cet écosystème a largement contribué au développement de l’élevage caprin dans la région.
Sur la base d’études scientifiques ayant démontré les vertus nutritionnelles et sanitaires des viandes caprines de l’Arganier, les efforts des autorités locales se focalisent à présent sur les moyens d’améliorer les conditions de production et de commercialisation des produits caprins (viande et lait) à travers l’organisation des éleveurs de chèvres.
Une rencontre s’est tenue récemment à Essaouira, à l’initiative de la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) pour la présentation d’un projet d’accord de coopération entre la DPA et l’association nationale des éleveurs de chèvres et de moutons. Ce projet vise l’amélioration de la productivité du cheptel de l’Arganier, la réorganisation de la filière et un encadrement permanent des éleveurs en les initiant aux nouvelles techniques d’élevage.
Le projet de développement de la filière de l’élevage caprin, dont le coût s’élève à plus de 16 millions de dirhams, ambitionne à l’horizon 2015, d’organiser les éleveurs de la province dans 4 groupements placés sous l’égide de l’association nationale des éleveurs de chèvres et de moutons. La labellisation de la viande de la chèvre de l’arganier et la protection des forêts de l’arganier font aussi partie des objectifs de ce projet qui devrait bénéficier à près de 3.000 éleveurs de chèvres. On s’attend également à un surplus de production d’environ 634 tonnes/an de viande caprine d’une valeur ajoutée annuelle de près de 34 millions de Dirhams en plus de la création de 50.000 journées de travail additionnelles.
D’autres actions d’accompagnement ont été programmées. Il s’agit de la construction de trois Metfias (retenues d’eau traditionnelles) d’une capacité totale de 100 m3, l’acquisition de 4 camions-citernes pour l’alimentation en eau potable des habitants, la construction d’un abattoir ainsi que l’acquisition d’un camion frigorifique pour le transport de la viande caprine.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Aïd Al Adha: Fermeture de 7 souks de bétail pour non-respect des mesures anti-Covid

Sept souks de vente d’ovins, de caprins et de bovins à l’occasion de l’Aïd Al …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *