Les cultures d’automne dans le Gharb démarrent dans de bonnes conditions

La campagne agricole actuelle dans le périmètre du Gharb, avance dans des conditions climatiques très favorables aux cultures d’automne. Les précipitations enregistrées à la mi-janvier, ont atteint 320 mm, dépassant de 70 pc le niveau de la campagne précédente à la même date et de 17 pc la moyenne de la région pour la même période, précise l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Gharb (ORMVAG).
Ces précipitations, enregistrées à des niveaux également élevés à l’amont du bassin du Sebou, ont permis une amélioration importante de la retenue des barrages Al Wahda desservant la région. La retenue de ce barrage était de 56 pc, soit 7 millions m3, au 13 janvier 2102, contre 49,3 pc à la même date de l’année dernière. Au barrage d’Idris 1er, le volume d’eau a atteint 807,7 millions de m3 (71,5 pc contre 58,9 pc l’année dernière) et celui d’El Kansera 192,4 millions m3 (87,2 pc contre 73,6 pc).
Cette amélioration devrait permettre selon l’office, l’irrigation dans de bonnes conditions, de la totalité des cultures programmées qu’elles soient d’automne ou du printemps et de l’été.
Selon les statistiques publiées par l’office, 218.960 ha ont été cultivés en céréales, soit 99,5 pc de la superficie programmée, 14.090 ha en légumineuses (70 pc), 12.790 ha en maraîchage (107 pc), 37.480 ha en fourrages (120 pc) et 5800 ha en betterave à sucre (96 pc). Concernant la betterave sucrière, l’office précise qu’il s’agit de la superficie contractée par les usines sucrières, sachant que les réalisations des cultures sucrières ont baissé durant les dernières campanes en raison essentiellement des conditions climatiques (inondations de 2009 et 2010, pourriture de la betterave en 2011 et gel de 2012). Par conséquent, la productivité ainsi que la rentabilité de ces cultures ont sensiblement régressé.
Pour relancer les cultures sucrières, d’importantes mesures ont été prises par l’Etat notamment l’augmentation du prix payé aux agriculteurs à hauteur de 80 DH, répartis en deux tranches pour la betterave, 45 DH/T en 2011-2012 et 35 DH/T 2012-2013. Pour la canne à sucre, l’augmentation a été de 50 DH, à raison de  25 DH/T la première année et 25 DH/T la deuxième année.
Pour la première fois, une subvention étatique est accordée aux nouvelles plantations de canne à sucre, à raison de 6.000 DH/Ha.
Parallèlement à ces mesures, le Comité Technique Régional des Cultures Sucrières du Gharb travaille actuellement sur un plan d’action permettant de lever les principales contraintes de ces cultures et atteindre les objectifs du contrat programme, fixés pour la canne et la betterave à l’horizon 2020, respectivement à 20.000 et 15.000 ha. Ce plan d’action sera validé au niveau de la Commission régionale des cultures.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *