Blé : Production record pour 2013 avec une faible baisse des prix

blé-production-mondialeLes cours du blé devraient entamer une légère tendance baissière sur le marché international, en raison d’une production record, attendue pour la campagne 2013-2014. Les premiers éléments prévisionnels pour 2013, indiquent, selon la FAO, que  la production mondiale de blé  s’établira à fin 2013, à 690 millions de tonnes, soit une augmentation de 4,3 pour cent par rapport à la récolte de 2012 et la deuxième plus grosse récolte enregistrée après celle de 2011. Cette progression devrait principalement venir de l’Europe, où les agriculteurs ont augmenté les superficies cultivées pour profiter des prix élevés, et où les rendements se redresseront après avoir connu par endroit, des niveaux inférieurs à la moyenne en 2012, notamment en Russie. L’accroissement des superficies ensemencées dans l’UE est estimé à 3 pour cent et les conditions météorologiques ont été jusqu’à présent favorables. En Ukraine, on s’attend à une forte reprise de la production de blé en raison d’une augmentation des superficies plantées et des conditions météorologiques satisfaisantes.

La récolte russe pour la campagne 2012-2013 devrait atteindre, selon le ministère russe de l’agriculture, 95 millions de tonnes, contre 70,9 MT en 2012 et 94,2 MT, un an auparavant.

Aux Etats Unis, la météo est redevenue favorable au blé d’hiver semé en septembre, alors que le pays a connu en été 2012, la pire canicule des 50 dernières années. La pluie et la neige des dernières semaines ont permis aux sols de retrouver l’humidité nécessaire au développement des épis, qui seront récoltés au mois de mai prochain.

En Asie, les perspectives sont plutôt favorables dans les principaux pays producteurs. Des productions record sont de nouveau attendues en Chine et au Pakistan, tandis que l’Inde est repartie pour une troisième récolte exceptionnelle.

En Australie, où les semis devraient avoir lieu en avril, les perspectives sont incertaines à cause de la sécheresse estivale qui a sévit dans certaines grandes régions agricoles. On y prévoit quand même, une hausse de production de 13 % pour cette année.

Dans l’hémisphère Sud, il est encore prématuré de faire des prévisions car les principales zones de culture de blé seront ensemencées plus tardivement dans l’année.

Sur la base des prévisions annoncées, les analystes prédisent une sensible baisse des prix du blé qui devraient passer de 7,15 dollars actuellement à moins de six dollars le boisseau à la fin de l’année. Les principaux pays producteurs de blé vont plutôt, songer à reconstruire en priorité leurs réserves stratégiques après y avoir prélevé d’importantes quantités de blé pour équilibrer l’offre et la demande interne comme c’était le cas dans la Fédération de Russie. Seule l’Inde, dont les stocks débordent après deux moussons très fastes, pourrait doubler ses quotas d’exportation et vendre sur le marché mondial, plus de neuf millions de tonnes de blé, soit le tiers des ventes américaines. Sur la base des mêmes prévisions, les analystes excluent pour le moment, toute dégringolade des prix sur le marché international des matières premières en raison du faible volume destiné à l’export.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO : Le Maroc classé 2ème producteur de figues africain et 3ème mondial

Le Maroc a produit 128.380 tonnes de figues en 2018, occupant ainsi le rang de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *